Pour changer un peu des gros jeux remplis de petits cubes en bois et dont les règles s’étalent sur des dizaines de pages, je me suis dit qu’on pourrait présenter quelques nouveautés chez les enfants ! Et puisque ce secteur est largement monopolisé par Haba et Djeco, je me suis dit qu’on allait parler des petits nouveaux de la gamme Loki Games (Iello).

                Monsieur Carrousel est un jeu coopératif pour 1 à 6 semi-hommes. Il est signé Sara Zarian et est illustré par Appoline Etienne. Il se joue à partir de 4 ans et dure une quinzaine de minutes.

                C’est le milieu de l’après-midi, la fête foraine bat son plein et tous les enfants se pressent pour accéder au fameux carrousel ! C’est super, mais de gros nuages commencent à envahir le ciel et la pluie menace de tomber. Les joueurs vont devoir joindre leurs forces pour que tous les enfants puissent monter à bord avant que les premières gouttes d’eau ne viennent gâcher la fête.

                Alors, on va tout de suite poser ça là comme ça : le carrousel est magnifique. Le matériel est d’excellente qualité et contribue vraiment à l’ambiance, au thème et à la mécanique. Le système de jeu est très simple et très immersif. Une fois le carrousel monté, on installe les sièges. Ces derniers varient d’une partie sur l’autre et ont plusieurs niveaux de difficulté, ce qui est toujours agréable.

                Quand c’est à mon tour de jouer, je lance un dé ! Il m’indique la couleur du siège sur lequel je peux laisser un enfant s’installer. Je regarde bien l’image du siège sur lequel il s’assoit, car je vais devoir m’en souvenir. Par exemple, je pose Yanis sur le gros tracteur vert, c’est trop la classe.

                Ensuite, je fais tourner le carrousel et si lorsqu’il s’arrête, Yanis est du côté ensoleillé du plateau, je pose un morceau de rayon de soleil. S’il est du côté pluvieux, je pose une goutte de pluie à la place. Il commence à pleuvoir, aïe aïe aïe.

                Le siège est déjà pris ? Ce n’est pas grave, je peux faire tourner le carrousel sur lui-même et Monsieur Carrousel me pointera du doigt une autre place.

                Elle est déjà occupée aussi ? C’est pas de chance ! Mais si je me souviens du siège sur lequel est assis l’enfant ainsi désigné (Yanis était où déjà, c’était pas le camion de pompier ?), je peux poser un morceau de rayon de soleil sur le plateau. Si je ne m’en souviens plus, on place une goutte de pluie.

                Si toutes les gouttes de pluie sont posées et que tous les enfants ne sont pas sur le Carrousel, c’est perdu ! Si tous les enfants sont posés avant qu’il ne pleuve, on a gagné !

                Monsieur Carrousel est un jeu très simple mais très malin. Le côté Mémoire est très bien amené et le thème suffisamment fort pour tenir en haleine les semi-hommes qui voudront se lancer dans l’aventure. Un petit peu de logique aussi, notamment pour la construction des rayons de soleil. Un jeu de coopération qui a toute sa place dans nos rayons !enfants

                Zoo Run est quant à lui un tout petit format qui propose deux variantes de jeux : une en coopération à partir de 4 ans et une en compétition à partir de 6 ans. Rien que ça, c’est pas beau la vie ? Il se joue de 1 à 5 joueurs et les parties ne devraient pas dépasser le quart d’heure. Il a été créé par Florian Sirieix et est illustré par Davide Tosello.

En coopération, d’abord : les joueurs doivent libérer tous les animaux du zoo avant que le gardien (le pauvre homme) ne parvienne jusqu’aux enclos lors de sa ronde nocturne.

 

On distribue 3 cartes à chaque joueur à chaque tour. Sur ces cartes, on a des têtes et des fesses d’animaux. L’idée est simple : pour chaque animal que je reconstitue en plaçant mes cartes devant moi, j’en libère un ! Il y a de tout dans le zoo, des tortues, des pandas, des lynx, des éléphants… attention à ne pas laisser une espèce de côté ! Il faut tous les faire sortir. A chaque tour, le gardien avant d’une case vers les enclos.

A la fin de la partie, quand le gardien est arrivé, on regarde combien d’animaux n’ont pas été sauvés et cela nous donne notre score.

 

En compétition : les animaux font une course de karts dans le zoo (décidément, c’est trop la fête) ! Le premier qui parvient à passer la ligne d’arrivée remporte la partie et… un trophée ? Un enclos de luxe ? Plus de nourriture ? Peu importe, la victoire se suffira sans doute à elle-même.

On distribue 4 cartes à chaque joueur et le système de jeu est similaire à la variante coopérative : pour chaque animal reconstitué devant moi, j’avance d’une case. Mais attention, si je reconstitue l’animal qui correspond à mon pilote (moi, j’avais l’éléphant), j’avance de deux cases d’un coup ! A chaque tour, on défausse 3 cartes et on en pioche 3. Je peux donc garder ma carte préférée devant moi toute la partie si je veux (ce que j’ai fait).

La partie s’arrête quand un pilote passe la ligne d’arrivée (c’était moi, je suis tellement balèze que mes collègues m’ont accusée de tricher, ces hommes de peu de foi). Il est alors désigné Pilote de l’année. Rocambole sera donc sous le signe de l’éléphant !

Ces nouveautés viennent compléter la gamme Loki qui a fait ses débuts l’an passé avec Farmini, SOS Dino et Troll & Dragon. Ces trois jeux étaient très bons. Ceux-là le sont aussi !

 

 

Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •