Après Mr Jack et Kero, Hurrican éditions continue d’étoffer sa gamme de jeux pour 2 joueurs en proposant cette fois-ci à ces derniers de s’aventurer dans des temples oubliés. Tout cela vous fait penser à Indiana Jones ? Si c’est le cas, vous vous sentirez sans doute comme à la maison en jouant à Naga Raja.

Naga Raja est un jeu  de Bruno Cathala et Théo Rivière. Il est illustré par Vincent Dutrait, qui a travaillé sur une large panoplie de jeux cette année, et se joue exclusivement à deux joueurs. Il dure approximativement 30 minutes et est conseillé à partir de 9 ans.

Je dis approximativement, car j’ai de mon côté réussi à perdre en moins de 20 minutes.

Quel est le but du jeu ?

Vous incarnez des explorateurs/archéologues et vous venez de découvrir deux temples en Inde. Comme vous êtes en concurrence, vous choisissez chacun un temple et vous y entrez. Commence alors une folle course pour savoir qui parviendra à retrouver les plus de reliques et de trésors cachés en explorant son temple sans y laisser des plumes.

Au début de la partie, chaque joueur récupère un plateau de temple et dispose neuf reliques face cachée autour de ce dernier. Chacune de ces reliques vous rapporte des points de victoire si vous la trouvez. Trois d’entre-elles sont les reliques maudites de Garuda : elles vous donnent plus de points que les autres, mais si vous tombez sur les trois, vous perdez la partie.

Chaque joueur récupère une poignée de cartes, on fait un tas de bâtonnets de différentes couleurs sur la table et on est bon pour commencer la partie.

Comment ça marche ?

A chaque tour, une dalle représentant un chemin empruntable est mise en jeu. Cette dalle, les joueurs vont s’affronter pour la récupérer. C’est le destin, paraît-il.

Dans un premier temps, chaque joueur choisit une ou plusieurs cartes face cachée. On les retourne en même temps et chacun lance alors les bâtonnets indiqués sur ces dernières. Les bâtonnets sont des dés. Les plus grands donnent plus de points lors des affrontements, mais les plus petits permettent d’avoir des bonus. Celui qui a le plus de points sur son lancer remporte la tuile et peut la disposer dans son temple.

Mais attention ! Certaines faces de bâtonnets comportent un Naga. Vous pouvez alors défausser une carte (si vous en avez encore en main) et cela vous donne un bonus ! Ils varient entre « rajouter des points à son jet de bâtonnets », « piocher des cartes », « retourner l’une des reliques pour savoir ce qu’il y a en dessous » ou encore « pivoter une dalle ».

Le joueur qui n’a pas eu la dalle pioche trois cartes, en garde deux et donne la dernière à son adversaire. Et on recommence. Le premier à 25 points a gagné !

Je vous laisse deviner comment j’ai perdu, mais sachez que ce n’était pas très glorieux.

Naga Raja est un jeu qui se prend en main très facilement, qui sent bon l’aventure et le casse-tête. Il est superbement illustré, possède une grande rejouabilité et sait valoriser aussi bien les joueurs qui prennent des risques que ceux qui préfèrent jouer prudemment. Je le recommande chaudement à ceux qui cherchent un jeu selon ces critères : simple mais pas simpliste, un thème fort et un affrontement entre joueurs qui n’est pas frustrant pour le perdant.

Mais sérieusement, perdre en tombant sur toutes les reliques maudites juste parce qu’on avait la flemme de regarder avant, c’est vraiment la honte.

 

Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •